Publié par : shifou | novembre 19, 2010

De Cahors à Figeac, le combat lycéen

Les lycéens restent actifs dans le mouvement social. Une manif, ce matin à Figeac, succède au rassemblement de Cahors, mardi soir. En attendant d’autres actions.

L’intervention du président Sarkozy, mardi soir sur le petit écran, boycottée par les lycéens et une poignée de citoyens, tous membres du Comité de lutte 46, a donné une nouvelle fois l’occasion aux jeunes du lycée Clément-Marot et à leurs homologues du lycée privé Jeanne d’Arc, à Cahors, d’exprimer leurs rêves et leur révolte. Ceux-ci se sont retrouvés sur le parvis de la mairie le temps d’un apéritif partagé avec des parents d’élèves et des enseignants. « Nous souhaitons conduire d’autres actions sous des formes différentes. Nous avons demandé au maire de Cahors de nous réserver des panneaux et divers supports, le long du boulevard Gambetta, sur lesquels nous voulons inscrire des citations d’auteurs pour continuer notre lutte », indique Ben, lycéen et porte-parole du CAJ (Comité d’action pour la jeunesse) au même titre que Grégoire son compagnon de lutte qui reste omniprésent sur le front de la contestation. Ce dernier relaye les idées des lycéens : « Nous préparons aussi des séances de ciné débat à Cahors, ainsi qu’une expo de photos », annonce-t-il. Pour concrétiser ces nouvelles actions, les lycéens ont besoin de fonds et, à cet effet, sollicitent l’aide financière des citoyens soutenant leur mouvement.

Un commerçant de Cahors acceptera-t-il d’accueillir, sur son comptoir, la « tirelire » du CAJ ? Contact par mail : jeunesse.cadurcienne@orange.fr.
Une lettre ouverte

D’autre part, les parents et enseignants regroupés au sein du Comité de lutte 46 ont transmis à Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, une lettre ouverte pour réclamer « un lieu de résistance fédératif et citoyen ».

Au nom du Comité de lutte, Stéphane Hébard, enseignant, poursuit : « De cette lutte est né un groupe de citoyens et de lycéens déterminés à ne pas en rester là. Pour nous, le combat contre l’injustice continue. Nous avons besoin d’un espace pour débattre et nous organiser. Dans un futur proche, ce lieu deviendra un espace ouvert, créatif, populaire et bénévole. Cette requête nous paraît légitimée par une situation politique, sociale et économique aujourd’hui insupportable pour bon nombre de nos concitoyens », conclut Stéphane Hébrard. À Figeac, dès mercredi, les lycéens de Champollion ont souhaité légitimer leurs actions à venir, en créant le Syndicat général des lycéens de Champollion. Ce SGL a été approuvé au cours d’une assemblée générale à laquelle assistaient plus de 250 élèves. « Nous avons alors soumis aux votes, l’idée d’une manifestation, ce jeudi, dans les rues de la sous-préfecture. Approuvée, elle s’élancera de notre lycée, dès 8 heures, en direction de la sous-préfecture, puis de la mairie, pour aboutir au rond-point des Carmes », précise Thomas, vice président du syndicat. Ils entendent ainsi protester contre la réforme de la Sécurité sociale.

Un autre combat.
http://www.ladepeche.fr/article/2010/11/18/950794-De-Cahors-a-Figeac-le-combat-lyceen.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :