Publié par : Sans Compromis | novembre 10, 2010

Violences policières à Blois

Ce mardi 09/11 au matin, des lycéens de Dessaignes maintiennent fermées les 2 entrées principales de l’établissement : chaises, chaines…et présence humaine. Ils protestent contre le projet de loi liquidant le système des retraites par solidarité et développant le chômage qu’ils auront à subir dans quelques années. Après négociation avec la Proviseur, ils acceptent, vers 7h15, de laisser entrer le personnel. La proviseure les trompe et en profite alors pour ouvrir grand le portail et ne pas le laisser se refermer : les élèvent ne tiennent plus qu’une seule entrée : tous ceux qui veulent entrer ou sortir le peuvent librement.

Mais certains ne supportent pas ce filtrage symbolique…les 3 proviseurs font pression, menacent, dissuadent, discréditent (vous ne voulez pas aller en cours, c’est tout ! Votre mouvement est ridicule…) imposent leur physique (par exemple, l’un d’eux administre des coups de pied à un des élèves dont il doit assurer l’éducation !) pour tenter d’obtenir la levée du filtrage ou de couper les chaines avec un coupe-boulon. Les jeunes sont déterminés et assez nombreux pour déjouer ces pièges.

La proviseure fait alors appel à la police. Les policiers arrivent (une dizaine) et tentent pacifiquement de couper les chaines ; rien n’y fait ! Les jeunes sont déterminés, font barrage pacifiquement et expliquent qu’une seule entrée est gainée, que chacun peut aller et venir librement au sein de l’établissement (ce qui est rigoureusement vrai).

D’ordinaire, les choses en seraient rester là. Mais madame la proviseure n’a pas fait venir la police pour impressionner ou négocier, non : pour lever le filtrage, coute que coute. La police va devoir charger les élèves de son établissement… et alors ? Elle demande la levée du filtrage à la police !!! chargée de mission d’éducation, elle choisit la violence contre ses élèves.

Sans aucun ménagement, la police charge et attaque les jeunes : élèves jetés à terre, insultes nombreuses, bousculades et empoignades musclées… les élèves ripostent par des cris, s’agrippent à la grille du lycée, au lycéen voisin : pas un geste de violence de leur part ! les chaines sont coupées et la police interdit ensuite l’accès à la grille pour qu’elle ne puisse plus être fermée.

Cette scène, jamais vue auparavant devant ce lycée blésois, dure quelques minutes (7/8 environ) sous les regards des proviseurs de l’établissement qui ne vont pas intervenir pour protéger la sécurité de leurs élèves… l’un d’eux affichera même un grand sourire à l’issue de cette séance qui a laissé les jeunes stupéfaits ! « police partout, justice nul part » finira par retentir. Belle leçon de civisme donnée par la chef d’établissement et la police ! Et quelle crédibilité reste-t-il à l’équipe de direction au sein du lycée ?

Les élèves avaient demandé à quelques uns de leur enseignants et parents de bien vouloir être présents ce matin pour les aider à assurer leur sécurité. Responsables, ces lycéens savaient qu’ils courraient certains risques et avaient pris des mesures de sécurité. Mais ce qu’ils craignaient et qui expliquait la présence de quelques adultes était d’une autre nature : individus extérieurs au lycée et perturbateurs, excès de quelques élèves, frottement entre élèves. Et bien non ! Le danger venait de l’intérieur et de ceux dont la mission est de les protéger et de les éduquer.

Face à la violence policière, je me suis interposé pour tenter de protéger les élèves de mon lycée, d’autant que cela se déroulait dans le périmètre de responsabilité de l’établissement. J’ai en fait eu droit aux insultes, aux empoignades musclées, à un léger coup de coupe boulon sur les doigts et à une tentative de me mettre au sol par un balayage des chevilles ! Personne n’étant blessé, les policiers ont conclu qu’ils n’avaient pas été violents.

Comment la direction de l’établissement va-t-elle faire face aux questions de violence de même nature entre élèves à l’intérieur du lycée ? Pas de blessure : violence admise voire suscitée ? Insultes banalisées ?

Blois, le 09/011 à 11h00 Didier BLAISE, enseignant au lycée Dessaignes. délégué départemental de l’union syndicale « SOLIDAIRES 41 »

http://www.solidaires37.org/spip.php?article508


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :