Publié par : Sans Compromis | novembre 6, 2010

Centres d’incinération de Saint-Ouen et Ivry: « la mobilisation toujours là »

SAINT-OUEN (Seine-Saint-Denis) – Equipés de tentes et d’un barbecue en ce samedi pluvieux, ils sont une vingtaine à barrer l’accès au centre d’incinération des déchets de Saint-Ouen, désormais bloqué comme celui d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), perturbant le traitement des ordures d’une partie de la capitale.

Depuis mercredi, des fonctionnaires municipaux de Saint-Ouen empêchent le fonctionnement du centre de traitement des déchets pour protester contre le réforme des retraites. « Contrairement à ce qu’on peut lire et entendre, la mobilisation est toujours là, un peu partout, nous ça fait depuis le 19 octobre qu’on est en grève, on est venus bloquer le centre pour redonner de la visibilité au mouvement, pour montrer qu’on ne se laisse pas faire », déclare un des grévistes, Bruno.

Nicolas Sarkozy « nous a menti en 2007, il s’est fait élire sur un programme qu’il n’applique même pas, il avait dit et répété qu’il ne toucherait pas aux retraites, et maintenant il nous impose ça », s’insurge Christine, 48 ans.

Alors que les grévistes discutent autour du barbecue, nombreux sont les automobilistes qui klaxonnent pour montrer leur soutien, certains s’arrêtant même pour donner un peu d’argent ou de la nourriture.

« Le soir on est jusque 50 ou 60, de tous horizons politiques, des gens qu’on ne connaît pas, qui viennent nous amener à manger, discutent et débattent, jouent de la musique, à des jeux de sociétés, c’est très convivial et c’est extrêmement motivant », affirme Bruno.

A Ivry-sur-Seine, les éboueurs de la ville de Paris bloquent depuis le 19 octobre le centre de retraitement de déchets et assurent recevoir, eux aussi, un tel soutien.

« Les riverains nous aident beaucoup, là par exemple, on a de la soupe et des plats chauds, ce sont des habitants du quartier qui nous les ont apportés », explique Mamadou Wagué, 54 ans, porte-parole des éboueurs grévistes.

Ici, même si les retraites sont au coeur des préoccupations, c’est avant tout la rémunération qui est à la base du conflit les opposant à la mairie de Paris.

« Bien sûr que nous nous sentons concernés par la réforme des retraites, mais nous devons être cohérents, si demain nous avions une vraie discussion avec notre direction et qu’ils acceptent nos revendications, nous levons le blocage sur le champ », précise M. Wagué.

« La motivation elle est là, les premières nuits on les a passées dehors, dans le froid sans rien, on ne savait pas comment mener un blocage mais on a tenu », explique Alain, 59 ans.

« M. Delanoë, on se demande vraiment s’il est de gauche, on n’en a pas toujours l’impression », ajoute un autre bloqueur, qui a souhaité rester anonyme.

Si à Ivry-sur-Seine une partie des bloqueurs devait manifester dans l’après-midi à Paris, ce n’était pas le cas à Saint-Ouen: « On en a discuté mais on avait peur qu’ils profitent de notre absence pour débloquer le site, on préfère rester ici », explique Bruno.

Dans Paris, ces blocages ont des conséquences de plus en plus visibles, même si l’on est très loin de la situation connue récemment à Marseille. Si les arrondissements du centre et de l’est de la capitale ont été les premiers touchés, depuis jeudi ceux du nord doivent également faire face à l’amoncellement d’ordures dont le ramassage est perturbé, laissant dans les rues des poubelles pleines auprès desquelles s’entassent peu à peu les déchets.

(©AFP / 06 novembre 2010 17h00)

http://www.romandie.com/ats/news/101106160059.zvm5b4c0.asp


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :