Publié par : shifou | octobre 31, 2010

Quarante manifestants bloquent les livraisons

Dans la nuit de vendredi, les manifestants ont bloqué la centrale d’Intermarché.

Vendredi, 20 h 30, au bord de la route nationale 21, à quelques kilomètres de Lectoure. Le long portail blanc de la centrale d’Intermarché reste fermé. Devant, une trentaine de manifestants campe. Une dizaine les rejoindra dans l’heure. À 21 h 30, ils sont une quarantaine, déterminés à y passer la nuit pour « peser sur le grand capital ».

Encartés à la CGT, Solidaires, Force ouvrière, la CFDT ou « simples citoyens », ils entendent exprimer leur opposition à la réforme des retraites. En empêchant les camions frigorifiques de venir charger fruits, légumes, viande et poisson pour approvisionner les 136 supermarchés de six départements de la région, les manifestants veulent « toucher le patronat pour atteindre le gouvernement ». Selon eux, « pour que le gouvernement écoute la rue, il faut que le Medef fasse pression sur lui tant il en aura marre de perdre de l’argent. »

Au-delà des retraites
À la table de pique-nique dressée entre la grille de l’entreprise et le parking des poids lourds en attente, les discussions vont au-delà de la réforme des retraites. Les inquiétudes portent sur l’emploi – celui des seniors surtout -, la santé ou le logement. « Moi, je parle plutôt de suppression des retraites, dit l’un. Car le but du gouvernement est de créer un marché de l’assurance retraite pour le donner aux entreprises privées et qu’il ne soit plus à la charge de l’État. » « Le problème, renchérit son voisin, n’est pas uniquement l’âge légal de départ mais le nombre d’annuités nécessaires pour bénéficier du taux plein, sachant qu’un ouvrier reste en bonne santé, en moyenne, jusqu’à 59 ans… Il ne profitera pas beaucoup de sa retraite. »

Il est maintenant 22 heures. Le calme règne autant chez les manifestants qu’au sein de la vingtaine de gendarmes de la compagnie de Condom, mobilisés au cas où. 22 heures c’est aussi l’heure à laquelle arrivent les premiers camions dont les chauffeurs, souvent à leur compte, doivent rouler toute la nuit pour livrer les produits frais de la marque des mousquetaires.

Dialogue et négociations
L’un d’eux avance son engin de plusieurs tonnes à quelques mètres du campement qui, évidemment, s’échauffe. Le responsable de la centrale et le directeur régional, ainsi que les gendarmes, calment tout le monde. Le chauffeur ira garer son camion sur le parking, non sans pester. Les deux responsables de l’entreprise tentent l’ouverture d’un dialogue et des négociations, expliquant aux manifestants qu’ils les ont « laissés s’exprimer mais que maintenant, il faudrait laisser les gens travailler. » En face, on veut lutter contre le capitalisme et le système libéral. « Tant qu’on ne bloquera pas la France, le gouvernement insistera. » Un huissier de justice vient constater le blocage de l’entreprise.

Finalement, les syndicalistes choisiront de laisser entrer les poids lourds et de filtrer leur sortie quelques mètres plus loin, la gendarmerie les dissuadant de s’installer sur la nationale 21 en pleine nuit…

Ils lèveront le camp vers 23 h 30, estimant « avoir réussi à impacter l’économie ».
http://www.sudouest.fr/2010/10/31/quarante-manifestants-bloquent-les-livraisons-226371-2453.php


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :