Publié par : xxx | octobre 29, 2010

Lens : La lutte au chantier du Louvre

Nord-Eclair, 29 octobre :

Contraints, jeudi dernier, de lever le piquet de grève qu’ils avaient mis en place à l’entrée du chantier du Louvre, les syndicalistes CGT-Construction n’ont pourtant pas dit leur dernier mot. Ils ont décidé de tenir régulièrement un bureau syndical aux portes du site.

Tandis que le chantier bat son plein sur l’ancienne fosse 9 de Lens, une poignée de militants de la CGT installent un bureau syndical devant l’entrée du site. À l’endroit même où, durant près de quatre jours, ils ont mené une opération de blocage avant d’être délogés par les forces de l’ordre jeudi dernier. « L’ensemble des 180 salariés se sont naturellement associés à notre mouvement la semaine dernière , assure Philippe Christmann. Depuis, ils se sont remis au boulot à cause des pressions. Mais nous avons décidé de ne pas les laisser tomber. C’est pourquoi nous allons être régulièrement présents ici pour les informer de l’évolution de la situation sociale. »

Mais c’est surtout un appel à la mobilisation car aux yeux du secrétaire fédéral de la CGT-Construction, il est impératif que les ouvriers du bâtiment fassent entendre leurs voix et se montrent solidaires du mouvement. « Il faut continuer le combat en proposant des actions pour que l’emploi, les salaires et la retraite ne fassent pas l’objet de négociations et trouvent des réponses en lien avec le vécu des salariés qui disent pour un tiers d’entre eux qu’ils souffrent au travail. » Au-delà de la réforme des retraites, c’est le système social dans sa globalité que remet en cause la CGT.

« Tout est lié, poursuit Philippe Christmann. Il faut que la pénibilité de nos métiers soit prise en compte non seulement dans le cadre d’une revalorisation de nos salaires mais aussi dans la détermination de l’âge de départ à la retraite. » Le syndicaliste n’a d’ailleurs pas hésité à pointer à nouveau du doigt l’absence de soutien des élus socialistes de la région. « Aucun d’entre eux, pas même Guy Delcourt, le maire de Lens, n’a mis une seule fois les pieds sur le chantier pour venir discuter avec nous. Il faut croire qu’ils ont perdu leur fibre politique. » Autre coup de gueule à destination du conseil régional, cette fois, qui a mis en place une « convention pour la lutte contre le travail illégal et pour le bien-être des travailleurs du chantier du Louvre-Lens » « sans la concertation des organisations syndicales ». Un document que ne cautionne absolument pas la CGT. « Il y est question à travers ce chantier de donner sa chance à la population locale en difficulté d’insertion mais c’est loin d’être le cas puisqu’ils ont même fait appel à des sous-traitants polonais… »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :