Publié par : Sans Compromis | octobre 26, 2010

La fac bloquée jusqu’à jeudi

Hier matin, un millier d’étudiants ont massivement voté la grève et la poursuite du blocage de l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense pour protester contre la réforme des retraites.

Lénine, Sankara, Malcolm X… Au micro, militants et syndicalistes étudiants ont convoqué tous les penseurs de la lutte sociale, pacifistes ou révolutionnaires. Hier matin à l’université de Nanterre, amphi D 1, un millier de jeunes en lutte contre la réforme des retraites ont voté la grève et la poursuite du blocage de la fac, partiellement paralysée — la barre des sciences humaines ainsi que le bâtiment des lettres — depuis une première assemblée générale vendredi dernier.

En bas, face à l’amphi plein à craquer, « J-B », étudiant en histoire, syndiqué Unef et militant NPA, tente de galvaniser l’assemblée : « Nous vivons une situation de crise extrême! Le gouvernement a peur que la jeunesse ne se lie avec le mouvement des travailleurs. Nous n’avons pas le pouvoir de bloquer l’économie du pays, mais notre rôle, c’est d’apporter notre énergie, de venir massifier les cortèges! » Sur les tracts, les revendications étudiantes sont simples : « Retrait pur et simple de la réforme, maintien à 60 ans à taux plein, 37,5 annuités et prise en compte des années d’études. »

Cédric — même profil Unef-NPA — prend le relais à la tribune : « Qu’est-ce qui attend notre génération? Du chômage pour aujourd’hui et de la précarité pour demain… » Le jeune homme exhorte son auditoire : « Confronté aux chômage des jeunes, le gouvernement ne trouve rien de mieux à faire que d’obliger les seniors à travailler plus longtemps! » Tonnerre d’applaudissements.

Ceux qui ne partagent pas la perspective de poursuivre le blocage tentent de faire entendre leur voix. Nicole, une étudiante anglaise venue en France apprendre la langue de Molière, se désole : « Ce matin, je me suis levée à 6 heures, j’ai pris le RER, affronté le froid… pour trouver les portes fermées. » Une étudiante en arts du spectacle renchérit : « Bloquer la fac, c’est fondamentalement antidémocratique. » Loïc, étudiant et militant socialiste, s’insurge : « Il faut bloquer pour vous offrir un avenir! » Les débats traînent en longueur. La démocratie étudiante laisse à chacun la liberté de faire entendre ses arguments, mais les orateurs ont du mal à respecter les deux minutes de temps de parole qui leur sont imparties. Dans l’assemblée, plusieurs se lassent et quittent l’amphi.

En début d’après-midi, on vote enfin : la poursuite de la grève et du blocage est confirmée avec une solide majorité. Les grévistes prennent la direction des quelques bâtiments où des cours ont lieu pour sortir les étudiants des amphis et des TD. Un militant hurle : « L’objectif n’est pas de voter la grève pour rentrer au chaud chez vous! Il faut être actif pour se faire entendre! » Un premier rendez-vous est donné à l’université de Jussieu pour une grande manifestation, aujourd’hui à 14 heures. Un deuxième à République, à Paris, jeudi prochain à 13 heures, pour la journée nationale de mobilisation.

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/la-fac-bloquee-jusqu-a-jeudi-26-10-2010-1123871.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :