Publié par : dsinterim | octobre 24, 2010

Plus de 800 personnes dans les rues de Belfort samedi

Le Pays, 24 octobre :

Nouvelle action contre la réforme des retraites, hier. L’appel au rassemblement avait été lancé au plan local par l’intersyndicale. Plus de 800 personnes ont répondu présent.


La place Corbis est noire de monde. Éva Pedrocchi, porte-parole de l’intersyndicale, est la première à s’adresser aux manifestants : le conflit contre la réforme des retraites entre à présent « dans une nouvelle phase », dit-elle.

« En étant passé en force par la procédure de vote bloqué au Sénat, en refusant tout dialogue social avec les organisations syndicales, le gouvernement crée une situation de crise sociale sans précédent ». Il est temps, lance-t-elle, de lancer une grève massive. « L’intersyndicale appelle toutes les travailleuses et tous les travailleurs, dans les entreprises et les services publics, à se rassembler en assemblée générale dans leur entreprise pour prolonger sous toutes ses formes ce mouvement. »

Les organisateurs du rassemblement ne sont pas mécontents. Leur appel avait été lancé au débotté et sur un plan purement local. Des centaines de personnes ont répondu présent. Dans un premier temps, Jacqueline Girardot, responsable de la CGT 90, annonce 500 manifestants. Ils sont 800 selon la police. « C’est une première, rigole un cheminot. D’ordinaire quand il y a écart de chiffres, ce n’est pas dans ce sens-là. »

La décision est prise : la foule va partir en cortège jusqu’à la préfecture. Quentin, 15 ans, venu en ville pour tout autre chose, se joint au mouvement. Il aime les manifestations. Sait-il au moins de quoi il retourne ? « Bien sûr, c’est contre la réforme des retraites. J’ai déjà manifesté trois fois. »

Les gens resteront mobilisés si les actions continuent

Et pourquoi, exactement ? « Parce que je veux moi aussi partir un jour à la retraite. Et à un âge où je pourrai en profiter ! »

Reste le calendrier législatif. Le projet de loi a été adopté vendredi par le Sénat. Le mouvement ne risque-t-il pas de retomber ? Pascal, opposant de la première heure, concède que la fatigue est là, « mais les gens resteront mobilisés si les actions continuent. La preuve : voyez le monde aujourd’hui. » « Non, je ne crois pas que tout s’arrête avec le vote du Sénat, estime Louis, un lycéen belfortain. Tout le monde trouve cette réforme injuste. »

Il est 15 h passées. Le cortège a fait le tour de la place de la République. Les manifestants sont maintenant rassemblés, en musique, devant les grilles de la préfecture. Jacqueline Girardot évoque de nouveau le sort des deux journalistes retenus prisonniers en Afghanistan : un rassemblement est prévu à 18 h lundi devant le conseil général (*).

La manifestation se disloque petit à petit. Un homme interpelle la responsable CGT : « Jacqueline, il nous reste des tracts ? Cette dame voudrait en distribuer au marché. » Non il n’en reste plus un seul. « C’est bon signe ; on en avait tiré plus de 2000 ».
Céline Mazeau

(*) Un autre rassemblement est prévu à midi le même jour devant le Théâtre Granit à Belfort. Une nouvelle banderole sera dévoilée après celle posée sur l’hôtel du département en juin dernier.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :