Publié par : xxx | octobre 24, 2010

Loire : Manifestations samedi à Roanne et Saint-Etienne

Le Progrès, 24 octobre :

Après les manifestations comme celles qui ont réuni 1100 personnes à Roanne et 1200 à Saint-Étienne, des durcissements sont annoncés dans le nord dès lundi avec des blocages ou barrages filtrants sur les axes de l’agglo.

Le ton change. Jeudi, on défilera certes, mais pas en direction du centre. Cette fois, le rassemblement est fixé devant le lycée Albert-Thomas et le défilé doit prendre la direction de la rocade qui sera bloquée, « longtemps s’il le faut», lançait hier matin Serge Lenoir, secrétaire général de l’union locale CGT, dans un discours résolument va-t’en-guerre, probablement poussé vers une radicalisation du mouvement par une partie de la base qui estime que les manifestations classiques ne suffisent plus. Certains estiment même que ce changement de cap aurait dû intervenir plus tôt, avant le vote de la loi par le Sénat, vendredi.

Les opposants à la réforme des retraites n’ont pas rendu les armes. Hier matin, ils étaient encore environ 1100 sur Roanne selon la police… et 1600 selon notre propre comptage. Depuis quelques jours, les syndicats ne communiquent plus de chiffres suite aux écarts constatés la semaine dernière. Si cette mobilisation est en baisse, elle reste relativement importante par rapport au sud du département où 1200 manifestants ont été recensés et pour un appel qui n’était pas national et pas unitaire puisque seuls les syndicats CGT, FO, Sud, UNSA et la FSU étaient associés à ce mouvement.

A l’arrivée de la manifestation, le pont du Coteau a été bloqué pendant la durée de la manifestation. Le blocage, c’est probablement ce qui est à attendre pour la semaine prochaine sur différents axes de l’agglomération car la CGT annonce un durcissement des actions, sans annoncer lesquelles. Mais il faut s’attendre dès lundi matin à des barrages filtrants ou des blocages. En marge des actions surprises qui devraient jalonner la semaine prochaine, les mobilisations classiques des mardi, jeudi et samedi sont toujours à l’ordre du jour.

Hier, Serge Lenoir a terminé son discours en mettant en garde la police contre d’éventuelles dérives et des interpellations jugées trop musclées. Il a ainsi fait référence à celles qui ont eu lieu au cours de la semaine suite à des jets de pierre et notamment à celle d’un jeune de 17 ans, interpellé jeudi pour des propos outrageants multipliés en direction des policiers qui encadraient la manifestation. Comme il s’est débattu, son interpellation a été un peu mouvementée et a fait réagir des représentants syndicaux et le maire de Roanne qui étaient à proximité. Si les syndicats s’interrogeaient sur la situation de ce jeune, il a bel et bien été interpellé et doit être présenté au juge des enfants prochainement.

Saint-Étienne : la CGT dans la rue, hier, avant un rassemblement intersyndical, mardi, devant le Medef

Originale. Pour la manifestation stéphanoise organisée par la CGT (avec l’appui de la FSU et Solidaires, et… une bonne centaine de lycéens), on a fait hier dans la nouveauté. La manif, partie vers 10 h 30 de la bourse du Travail, a fait le tour de la Préfecture (par la rue Balay), avant de marquer une pause devant les grilles, et… de repartir d’où elle était venue, via la Grand-rue.

La décision d’occuper le terrain menée par la centrale syndicale, a donc été prise ici à la lettre. Mais au-delà de l’anecdote (qui n’en est pas vraiment une pour les utilisateurs du tramway), ce qui est remarquable, au sens premier du mot, c’est – encore – la mobilisation bien réelle autour de cette initiative.

Organiser cela un samedi, au début des vacances et alors que se profile une nouvelle échéance unitaire de protestation contre la réforme des retraites (jeudi 28 octobre), c’était risqué, sur le plan comptable. Le pari était pourtant le bon. Combien étaient-ils ? On ne va pas entrer dans une guerre des chiffres qui résonne toujours aussi mal. Ce qui est certain, c’est qu’ils étaient plus nombreux (plus d’un millier en tout cas, pour faire bonne figure) que la manif organisée deux jours auparavant sur la même base.

Plus nombreux, mais aussi plus vindicatifs. Dans le verbe va sans dire, car comme toujours, c’est dans le calme que tout cela s’est déroulé. Dans le verbe, par les messages délivrés sur la sono de tête. On passera sur les slogans prononcés à l’encontre de la personne du président de la République et de son épouse, pour en retenir un. « On n’est pas fatigué, on ne va pas lâcher, on va recommencer », repris sur l’air des lampions, démontre la détermination qui a animé les manifestants du jour.

La semaine prochaine devrait être marquée par de nouvelles actions. Comme celle programmée mardi sur le site du Technopole à Saint-Étienne (distribution de tracts à partir de 7 heures) et un rassemblement intersyndical devant le siège voisin du Medef, dans la foulée.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :