Publié par : xxx | octobre 23, 2010

La Loire multiplie les blocages

Le Progrès, 23 octobre :

Après Easydis, jeudi, des salariés de la ville de Saint-Etienne, d’EDF-GDF, la SNCF et des hospitaliers ont organisé le blocage d’une décharge de Roche-la-Molière, hier.

Action -très- matinale hier à Roche-la-Molière, où les communaux de Saint-Etienne, des salariés EDF-GDF, SNCF ou encore des hospitaliers : une centaine de manifestants, ont mis en place le blocage du centre d’enfouissement de la Satrod dès 5 h 30. Le barrage a été mis en place à hauteur d’un rond-point, coupant l’accès à la route du Puits-Charles, ce qui a eu pour effet d’en interdire également l’accès aux camions se rendant à l’entreprise TNT (transports express) et Sobeca (travaux publics). « On appelle ça les dommages collatéraux », lance Cédric Crozet, cégétiste salarié de la Ville de Saint-Etienne, les manifestants n’ayant pas calculé la gêne occasionnée à ces entreprises. « Le but est de sensibiliser les plus petites collectivités comme Roche-la-Molière », tandis qu’ils laissaient gentiment passer les voitures des administratifs, sous les yeux attentifs de la police. « On continuera à bloquer par des actions continuelles et journalières. Demain, (aujourd’hui, ndlr) nous serons quelque part à Saint-Etienne ». Tandis que la Satrod qui accueille jusqu’à 200 camions jour, avait trouvé comment contourner le problème en faisant passer nombre de poids lourds par Firminy et la rue du Professeur Calmette (Emmaüs), le chef de centre de TNT et le directeur d’agence de Sobeca ont passé leur matinée à expliquer à leurs clients pourquoi ils n’étaient pas livrés. « Un chantier de terrassement à Saint-Genest-Lerpt est paralysé », confiait Christophe Fauvet de Sobeca, qui a mis la moitié de son personnel (40 en tout) au chômage technique non rémunéré.

De son côté, le responsable de TNT s’inquiète du matériel médical non livré : « Il y a des gens qui attendent peut-être sur une table d’opération ». Quand ils ont pris connaissance que les camions de la Satrod passaient par Firminy, les manifestants ont envoyé une équipe pour bloquer l’accès rue Calmette. « On restera là tant que Sarkozy n’aura pas cédé » dit, sans rire, un manifestant à Roche. Finalement, le camp a été levé à midi pour rejoindre des manifestants à Saint-Etienne. « On a bloqué (précédemment) le CTM », explique Cédric Crozet, marié, deux enfants, en grève depuis 12 jours. « Ma femme aussi est en grève ». Comme d’autres salariés, il est déterminé à aller jusqu’au bout du mouvement social.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :