Publié par : shifou | octobre 19, 2010

Le site de PSA Mulhouse bloqué pendant une heure par des salariés

18 octobre

16h30. – Les manifestants lèvent le blocus des dépôts pétroliers de Port-la-Nouvelle. L’objectif de «tenir toute la journée» a été tenu et l’heure était venue de penser à une «autre initiative, la grosse manifestation de demain (mardi) avec un maximum de grèves dans les entreprises», a dit le responsable départemental de la CGT, Patrick Greze. Il a reconnu que tenir les barrages plus longtemps était difficile et que les camions risquaient de recommencer à se ravitailler dès lundi soir.

16h15. – L’université de Caen vote l’extension du blocage à tout le campus 1. Décidé jusqu’à la prochaine AG, mercredi à 10H00, le blocage du campus 1 a été voté à 824 voies pour, 611 contre, 99 abstentions sur 1.540 participants environ, a indiqué Thibault Le Roy-Mignot, président de l’UNEF Caen. Jeudi, une AG sur le même campus avait voté le blocage uniquement du bâtiment lettres. Environ 10.000 étudiants sont inscrits sur le campus 1 sur un total de 21.600 environ pour l’ensemble des campus caennais.
15h. – La grève de la raffinerie de Donges a été reconduite jusqu’à vendredi lors d’une assemblée générale contre la réforme des retraites. Donges est la deuxième raffinerie de France, sa production est arrêtée depuis le 12 octobre, elle avait été la première à arrêter le travail pour protester contre la réforme du régime de retraites. Une nouvelle assemblée générale est prévue vendredi pour décider de la suite du mouvement.

13h. – Site de PSA-Mulhouse bloqué une heure par des salariés

Le site de PSA-Mulhouse était bloqué cet après-midi par des salariés en lutte contre le projet de réforme des retraites.  Une soixantaine de militants de la CGT et de la CFDT ont bloqué les trois entrées du site après une première opération de distribution de tracts et de filtrage des véhicules.
L’opération, qui devait durer quelques heures selon les syndicats, se déroulait au moment du changement de tournée, alors que les équipes de l’après-midi arrivaient pour prendre leur service. Elle devrait bloquer une partie de la production.
«On a maintenant besoin de bloquer l’économie pour forcer le gouvernement à retirer son projet», a expliqué à l’AFP le délégué CGT de PSA, Vincent Duse.
«Il faut souligner qu’à PSA, faire travailler quelqu’un dans les ateliers jusqu’à 62 ans, ce n’est rien d’autre qu’un assassinat», a-t-il ajouté.
La direction a confirmé la possibilité de retard dans la production de l’usine. «Le changement de tournée, programmé à 13H15, a été perturbé. Nous évaluerons la situation plus tard», a déclaré le responsable du service communication, Eric Dupeyron.
Le changement de tournée concerne 2.500 à 3.000 salariés, sur les 10.000 de l’usine, et la production des voitures 206 Plus et 308 Peugeot ainsi que les nouvelles Citroën C4, a-t-il ajouté.
Vers 14h30, des gendarmes mobiles sont venus débloquer l’entrée de l’usine. Lire également notre compte-rendu.

13h – Raffinerie de Reichstett bloquée jusqu’à jeudi. Les salariés de la raffinerie Petroplus ont voté ce matin à une large majorité en faveur de la poursuite de leur blocage. Ce conflit est indépendant des actions de mobilisation contre la réforme des retraites. Les détails ici.

12h30. – Opération péage gratuit et blocage des camions sur l’A63 à Biarritz. Les poids-lourds immobilisés ont formé des files de plusieurs kilomètres dans les deux sens lors de cette opération qui a duré environ une heure sans incident.  Des tracts ont été distribués aux automobilistes appelant aux manifestations de mardi et sur lesquels on pouvait lire «on veut gagner, on va gagner».

12h – Dépôt pétrolier Rubis bloqué près de Rouen. Rubis avait été débloqué samedi matin avant l’aube, après avoir été bloqué depuis la veille.  Appartenant à Petroplus, la raffinerie de Petit-Couronne, située à quelques kilomètres du dépôt Rubis, est également toujours à l’arrêt depuis une semaine, a-t-on rappelé de même source.  «Il y a des gros barrages dans le secteur, tous en intersyndicale et en inter-professionnels» avec des salariés de tous les secteurs, a déclaré Yvon Scornet, responsable CGT à Petroplus.

11h. – La centrale de Flamanville vote la grève et la baisse de production avec un arrêt de travail de 48 heures avec baisse de production.  «Nous sommes la première centrale à voter aujourd’hui la baisse de production, qui sera d’au moins 50%. Nous l’enclencherons au plus tard dans la soirée, un système de sauvegarde nous empêchant de l’enclencher maintenant, notamment à cause du froid», a indiqué Philippe Page, délégué CGT.  Selon le communiqué de la CGT, l’arrêt de travail a été adopté à 175 voix pour sur 180 présents, avec 5 abstentions. Un rassemblement est prévu à 11H00 dans Cherbourg, à quelques kilomètres de Flamanville.  La centrale, qui compte deux réacteurs de 1.300 mégawatts chacun, emploie environ 650 personnes. La France compte 19 centrales avec des réacteurs de 900 à 1.495

10h30. – Fin de l’opération escargot sur l’A1. Les routiers, accompagnés de quelques cheminots, sont partis de Lille jusqu’à Arras, avant de repartir sur le péage de Fresnes-les-Montauban, avec quelques véhicules, dont deux camionnettes arborant des drapeaux de la CFDT.  Ils ont ainsi perturbé le trafic alternativement dans les deux sens, occasionnant jusqu’à «dix kilomètres de ralentissements», selon le CRICR (Centre régional d’information et de coordination routières).  Les routiers n’ont finalement pas mené l’opération péage gratuit initialement prévue en raison de la présence de dizaines de gendarmes, mais ont distribué des tracts aux automobilistes.  «Nous, ce qu’on veut, c’est informer» les automobilistes, a déclaré Didier Bonte, secrétaire CFDT de la métropole lilloise, pour qui «l’objectif, c’était de montrer qu’on était capable de mobiliser du monde».  Les routiers devaient se réunir dans l’après-midi avec les cheminots en vue de mener d’autres actions.

10h30 – Levée des barrages des dépôts des bus de Toulouse. Le blocage du dépôt de Langlade (sud de Toulouse) a pris fin vers 09H30 et celui d’Atlanta (nord) une trentaine de minutes après.
Les bus sortaient progressivement des dépôts, a-t-on ajouté de même source, précisant que le métro, dont les deux lignes sont automatisées, circulait normalement.
D’après Franck Delperier, responsable du syndicat Sud transports routiers, environ 500 personnes, dont de nombreux traminots et cheminots des syndicats SUD et CGT avaient bloqué les deux dépôts depuis les environs de 04H30, empêchant tous les autobus d’en sortir.

10h. – Voies SNCF bloquées dans le Gard et l’Hérault. Tout trafic de trains entre Nîmes et Montpellier et entre Montpellier et Béziers est bloqué. Les manifestants étaient présents depuis 7h sur les voies à Nîmes, a indiqué une source syndicale, tandis que la SNCF précisait que les liaisons entre Nîmes, Montpellier et Béziers étaient interrompues. «Nous attendons les forces de l’ordre», a-t-on précisé à la SNCF.

9h30. – Blocage d’une plate-forme logistique à Carbon-Blanc, près de Bordeaux. La plate-forme approvisionne en produits frais tous les supermarchés du groupe Auchan du sud-ouest, a-t-on appris ce matin.  «Nous sommes une trentaine de syndicalistes CGT, CFDT, FO et Sud Rail à bloquer depuis dimanche soir vers 20H00 le site logistique de Kuehne Nagel afin d’empêcher toute entrée ou sortie de camions», a expliqué Jean-Michel Mespoulède, agent EDF et syndicaliste CGT.  Selon lui, des enseignants, cheminots et salariés des transports routiers participent au piquet de grève, qui vise à «interrompre le processus de fabrication des richesses afin d’obtenir des négociations avec le gouvernement».
9h10. – Toulouse. Les deux dépôts d’autobus de Tisseo, sont bloqués ce matin par des traminots et des cheminots. D’après Franck Delperier, responsable du syndicat Sud transports routiers, environ 500 militants Sud et CGT bloquaient les deux dépôts nord et sud de la ville de Toulouse depuis les environs de 4h30.  «Aucun bus ne sort», a-t-il déclaré à l’AFP.  La police a confirmé le blocage des deux dépôts de bus, estimant le nombre de militants concernés à environ 300 sur les deux sites.  De son côté, la direction de Tisseo, le réseau de transports en commun toulousain, a précisé que le métro circulait normalement (les deux lignes de métro sont automatisées).
D’autres actions ont eu lieu en d’autres points de la ville. Ainsi dans la zone industrielle du Mirail, dans le sud-ouest de l’agglomération, plusieurs dizaines de salariés du fabricant de composants Freescale (ex-Motorola), du groupe Thalès et de l’équipementier automobile Continental organisaient des barrages filtrants aux abords de leurs établissements.
Ces militants ralentissaient la circulation et distribuaient des tracts aux automobilistes fréquentant le quartier.

9h05. –  Les accès au dépôt pétrolier du port de Brest sont bloqués depuis 4h du matin.  Dans un premier temps, les manifestants -notamment FO appuyés par des étudiants – ont bloqué les entrées du dépôt pétrolier mais ils en ont été repoussés par les forces de l’ordre. Ils se sont alors repliés vers les deux ronds points menant au dépôt.  Vers 8H30, une trentaine de camions étaient bloqués sur ces ronds-points par environ 80 manifestants hostiles au projet gouvernemental de réforme des retraites.

8h50. – Le principal dépôt de bus de Saint-Etienne bloqué. Les transports en commun stéphanois étaient fortement perturbés ce matin en raison du blocage du principal dépôt d’autobus et de tramways par une cinquantaine de manifestants, a indiqué la direction de la Stas.  «Il s’agit de personnes extérieures à l’entreprise», a déclaré un représentant de la direction de la Société des transports en commun de l’agglomération stéphanoise.  Ces manifestants qui bloquent la sortie des véhicules de transports en commun depuis 4H45 sont pour la plupart issus des secteurs des transports SNCF, de la santé et de l’éducation et se réclament de FO, Sud Rail et la CGT, selon la même source.

8h45. – Tentatives de blocage de dépôts de carburant à Dunkerque. Des routiers, des cheminots, ainsi que des employés de Total étaient présents pour former des barrages humains et bloquer les deux dépôts de carburant de Dunkerque, jouant «au chat et à la souris» avec les forces de l’ordre, selon Philippe Wullens, délégué syndical Sud de la raffinerie Total de Dunkerque, qui affirmait que les dépôts étaient bloqués.  La préfecture, qui a confirmé la présence de 80 manifestants, indiquait cependant que les dépôts n’étaient pas bloqués. Les dépôts de carburant se trouvent dans la ville de Dunkerque et possèdent de nombreux accès, selon M. Wullens, qui affirme qu’une dizaine de camions ont pu sortir mais qu’aucun n’a pu entrer dans les dépôts.

8h40. – Dépôt pétrolier de Frontignan, près de Sète, bloqué par des cheminots et des routiers.  Les manifestants sont arrivés dans la nuit de dimanche à lundi et ont bloqué les deux routes d’accès au dépôt selon la source syndicale.  Ils ont dressé des petites «barricades» au plus fort de l’action, selon le syndicat Force Ouvrière.  Trois cents cheminots et routiers ont participé au mouvement. Ils n’étaient plus qu’une cinquantaine à l’aube mais de nouveau manifestants rejoignaient l’action au début de la matinée, selon la source syndicale.

6h15. –  Le dépôt pétrolier de Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, à nouveau bloquédepuis 4h du matin par des routiers.  «Nous ne sommes pas là pour des revendications catégorielles mais pour soutenir le régime général» des retraites, a déclaré M. Garou.  «Aucun camion n’entre ni ne sort», a-t-il précisé, indiquant que «des renforts interprofessionnels» étaient attendus sous peu.
Le dépôt avait été bloqué symboliquement pendant deux heures vendredi matin et les manifestants avaient levé leur barrage avant midi.

6h. – Blocage du terminal pétrolier de Port-la-Nouvelle près de Toulouse, par des militants de la CFDT et de la CGT qui empêchaient tous les camions de venir se ravitailler dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, selon la CFDT routiers. Le blocage, qui a commencé aux alentours de 4h, a été confirmé par la gendarmerie. D’après le responsable de la CFDT transports du Languedoc-Roussillon, Joseph Sieiro, une centaine de personnes à pied, pour l’essentiel des chauffeurs routiers mais aussi des cheminots, bloquaient les entrées et sorties du dépôt.  «On restera là tant qu’on le pourra», a-t-il dit, ajoutant qu’il s’attendait à ce que des «renforts interprofessionnels» viennent participer au blocage dans le courant de la journée.

Opérations escargots ce matin

«Une dizaine de véhicules» ont mené ce matin une courte opération escargot sur l’A6, dans la banlieue sud de Paris, a annoncé le Centre régional d’information et de coordination routières d’Ile-de-France (CRICR).
«L’opération escargot composée d’une dizaine de véhicules légers est terminée sur l’A6 en direction de la capitale. Cet axe reste fortement perturbé», a annoncé le CRICR.
Les syndicats de routiers ont appelé ce week-end à durcir le mouvement contre la réforme des retraites.

Une opération escargot était en cours sur l’autoroute A1 pour perturber le trafic au sud de Lille, ce matin peu avant 07H30, à l’appel des syndicats CFDT de routiers et de cheminots, a constaté l’AFP.
Une quinzaine de véhicules légers, ainsi que deux camionnettes, partis de Lille en direction d’Arras, bloquaient les voies lente et médiane de l’autoroute, la voie de gauche restant libre, ce qui occasionnait «de fortes perturbations», selon le CRICR (Centre régional d’information et de coordination routières).
Les routiers et quelques cheminots se rendaient au péage de Fresnes-les-Montauban (Pas-de-Calais) pour organiser dans la matinée une opération péage gratuit.
Ils prévoyaient d’organiser une autre opération escargot dans l’après-midi, dans l’autre sens.

http://www.dna.fr/fr/a-la-une-web/info/3992374-Retraites-Le-point-sur-les-blocages-Le-site-de-PSA-Mulhouse-brievement-bloque


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :