Publié par : xxx | octobre 18, 2010

Raffinerie de Grandpuits, fer de lance de la mobilisation

Métro, 18 octobre :

Reportage à la raffinerie de Grandpuits, à la pointe de la contestation contre la réforme des retraites.

Sur la départementale qui mène à la seule raffinerie d’Ile-de-France, à Grandpuits (Seine-et-Marne) circulent des camions citernes Total. « Ils sont vides », assure Fabrice, 41 ans. En grève depuis six jours, ce raffineur tient le piquet devant l’entrée principale de l’immense site pétrolier, l’un des douze français. Militant CFDT, il est sûr de ce qu’il avance: c’est son équipe qui a la maitrise des vannes permettant l’approvisionnement des camions en essence. « Et nous sommes tous en grève. »

Comme les autres gars présents, Fabrice écoute attentivement les syndicalistes qui se relaient au micro tout en esquivant l’épais nuage de fumée noire, échappée de pneus enflammés. La mobilisation est sereine, déterminée, sans débordement. Elle doit se poursuivre au moins jusqu’à vendredi 13h30. D’ici là, les stations service seront à sec. Malgré cela, Hervé, gréviste non syndiqué, rappelle que « notre mouvement est compris et soutenu: on a reçu des témoignages de sympathie de la part de salariés de France Télécom, de la SNCF, de professeurs… Les gens nous appellent même pour mettre de l’argent dans notre caisse de grève! »

Charles Foulard, coordinateur national de la CGT et employé de Total Grandpuits, confirme: « Nous sommes en train de paralyser la France mais ce n’est pas nous qui sommes responsables. On est loin d’être isolés. Notre combat est national, ce n’est pas une lutte catégorielle ».

La présence aux côtés des « Total » de personnels grévistes de la mairie PC de Mitry-Mory (77), venus en soutien, en atteste. « Les gars de Grandpuits sont le fer de lance du combat contre la réforme des retraites, justifie Floriant. Avec eux, on est prêts à aller jusqu’au bout, quitte à bouffer des cailloux! ».

En milieu d’après-midi, une vingtaine de lycéens du lycée agricole de Bougainville, débarquent à leur tour sur le site. « On n’a plus beaucoup d’essence mais on a roulé 30 km pour vous soutenir », explique Morgan, 20 ans, qui admet aussi être à la recherche d’un écho médiatique… Il jure que les vacances, à la fin de la semaine, n’auront pas raison de la mobilisation. « C’est parti pour durer », pronostique-t-il, avant de scander, en choeur avec les raffineurs, « Tous ensemble, tous ensemble, eh eh! »


Responses

  1. Bonjour !
    Pourriez vous me communiquer l’adresse ou je puis envoyer un chèque pour votre « caisse de greve » ainsi que l’ordre du chèque ? de plus, avez vous besoin d’autres choses ( vetements , vivres…ou autre) ?
    Avec tout mon soutien +++

    • Bonjour,

      Merci de votre soutien et voici le lien de la page internet où vous pourrez trouver les renseignements concernant les dons pour la caisse de grève.

      http://www.raffineriegrandpuits.fr/

      Merci d’avance,

      La compagne d’un salarié de la Raffinerie de Grandpuits


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :