Publié par : xxx | octobre 17, 2010

Vatry : Le dépôt de carburant reste bloqué

L’Union, 17 octobre :

Les huit salariés qui bloquent, depuis jeudi matin à 4 h 30, le dépôt d’hydrocarbures de Nuisement, près de Vatry, ont maintenu leur piquet de grève hier. Sur la route qui relie Châlons à Vatry, la SMFD (société française Donges-Metz) emploie vingt-quatre personnes, dont une dizaine d’opérateurs chargés de transférer le carburant (fuel, gasoil ou essence) des citernes aux camions.

Seuls huit d’entre eux ont débrayé jeudi, pour protester à la fois contre la réforme des retraites, réclamer un changement de statut (ils veulent être reconnus comme des techniciens d’exploitation à l’instar de leurs collègues des raffineries) et une augmentation salariale.


La SMFD, dont le siège se trouve en Moselle, alimente la totalité des stations-service de Champagne-Ardenne ainsi qu’une partie de la Lorraine et de la Seine-et-Marne. Sur 70 hectares, le dépôt de Nuisement stocke près de 300 000 m3 de carburant. « Sans nous, les stations de la région ne pourront tenir au maximum que quatre à cinq jours, a rappelé hier un gréviste, non syndiqué, à l’instar de cinq de ses collègues. Les deux autres le sont à la CFDT.

La préfecture : « Pas de panique »

Cette menace à peine déguisée d’une pénurie dans l’approvisionnement a été contredite hier par la préfecture de Région : « Il n’y a pas lieu de paniquer », a estimé hier le secrétaire général de la préfecture qui a fait procéder à un comptage des stations menacées de pénurie. « Dans la Marne, sur quatre-vingt-six stations situées hors agglomération, vingt-cinq sont en situation tendue, notamment en raison du rush des automobilistes sur les pompes de gasoil. Sur les vingt-cinq stations de Reims, Châlons et Epernay, seules cinq sont en rupture totale. Mais en règle générale, il y a encore suffisamment d’essence sur le département. »

A Vatry, les huit grévistes s’attendent néanmoins à être réquisitionnés dans les jours qui viennent, à l’image d’un dépôt de Rouen évacué hier à 4 h 30 du matin. Depuis deux jours, des gendarmes surveillent régulièrement le dépôt. « Nous ne résisterons pas, car ce que nous ne pourrons plus faire – bloquer l’approvisionnement -, le blocage des raffineries et les barrages des routiers s’en chargeront », a prédit un gréviste.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :