Publié par : xxx | octobre 17, 2010

Quelques secteurs en lutte le 17 octobre

Quelques informations sur des secteurs en lutte au 17 octobre 2010 (source AFP) :

  • SNCF

Les quatre principaux syndicats de la SNCF ont annoncé dimanche un « rebond significatif » de la grève dès dimanche soir et surtout lundi, promettant des actions qui feront « mal en terme de conséquences économiques ». « Ce soir, mais surtout demain, nous allons voir un rebond significatif de grévistes à la SNCF », a affirmé Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-Cheminot, lors d’une conférence de presse au siège de la CGT à Montreuil. Le taux de grévistes était dimanche de 26,55%, selon la CGT, la direction n’ayant pas communiqué de chiffres. « On a décidé de créer une vraie dynamique de mobilisation », avec des actions qui feront « mal en terme de conséquences », a précisé Christophe Dard (CFDT-Cheminots).

  • Routiers et convoyeurs de fond

Ce week-end, la CFDT et la CGT du transport routier organisent des actions ponctuelles, tels que des blocages temporaires de rond-points ou de dépôts pétroliers, et des distributions de tracts. Dans le secteur des transports de fonds, des grèves ont déjà été décidées localement et les salariés seront appelés lundi matin lors d’assemblées générales à se prononcer sur d’éventuelles grèves.

« Jusqu’à présent, les convoyeurs ont participé aux manifs mais de façon minoritaire. Là, le but est de passer à une étape supérieure », a ajouté Patrick Noszkowicz, de la CGT Brinks.

« Les routiers seront appelés dès lundi à rejoindre le mouvement », a indiqué la CGT Transports.

  • Raffineries :

La totalité des 12 raffineries de métropole étaient toujours en grève dimanche, selon la CGT. « Il y a une raffinerie qui fonctionne à débit minimum (Fos-sur-Mer), les onze autres sont à l’arrêt », a précisé l’Union française des industries pétrolières (Ufip).

La préfecture de Seine-et-Marne a pris dimanche un arrêté de réquisition du personnel « pour procéder au chargement et à la livraison des clients de la raffinerie » Total de Grandpuits.

« La situation se calme » pour la livraison de carburant dans les stations-service et les aéroports sur tout le territoire et « l’accès aux dépôts est libre », selon l’Ufip, qui affirme avoir « les moyens de livrer les stations-service de façon +quasi-normale+ ».

Seules 200 stations-service sur 13.000 étaient « gênées » en France, selon le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau.

La CGT de Total a affirmé que « le jeu du chat et de la souris » autour des dépôts de carburants allait reprendre entre les grévistes et les forces de l’ordre, n’exluant pas « d’autres dépôts bloqués ».

La menace d’une pénurie de carburants s’est éloignée pour les aéroports parisiens, avec la remise en service samedi soir de l’oléoduc qui les fournit en kérosène, suite à l’intervention de personnels d’encadrement « non formés », sur « injonction du ministère », selon la CGT.

  • Méthaniers :

Les personnels des trois terminaux méthaniers de gaz naturel étaient toujours en grève dimanche et aucun bateau ne peut livrer son chargement, selon la CGT. Le terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) est arrêté depuis vendredi soir, selon la direction de GDF Suez et la CGT. Celui de Fos-Tonkin est également en grève depuis mardi, et « le débit a été réduit jusqu’à mardi », date à laquelle l’arrêt pourrait être décidé, selon la CGT. Une nouvelle AG est prévue lundi matin.

Le troisième terminal méthanier, à Fos-Cavaou, est lui en travaux, avec un débit minimum, mais le personnel est aussi en grève, selon la CGT.

Ces trois terminaux représentent 25% de l’approvisionnement français en gaz. Pour la CGT, l’objectif n’est pas de couper le gaz pour les particuliers, mais d’obliger la direction à couper certains gros clients industriels, qui peuvent basculer sur le fioul et l’électricité.

  • Ports :

27 pétroliers, 2 chimiquiers et 9 gaziers étaient en attente en rade de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), 20 pétroliers, 2 chimiquiers et 1 gazier dans celle de Marseille et 4 péniches sur le Rhône en raison du blocage des terminaux pétroliers de Fos-Lavera, selon le Grand port maritime de Marseille.

Les terminaux marchandises de Fos et des bassins Est à Marseille étaient eux perturbés par un mouvement de grève de 24 heures des dockers et agents portuaires, pour réclamer une cessation anticipée d’activité au titre de la pénibilité. 16 navires étaient affectés à Fos par cette grève.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :