Publié par : xxx | octobre 14, 2010

Les profs de Marseille en grève tournante reconductible

L’Humanité, 14 octobre :

Veillée des écoles ce soir sur la Canebière après qu’une assemblée générale, qui a réuni 300 enseignants, a voté le principe de la reconduction de la grève jusqu’aux vacances de Toussaint. Marseille, envoyé spécial.

Pour : 242. Abstention : 15. Refus de vote : 6. Contre : 15… Au bas du grand amphi de l’IUFM de Marseille, les responsables de la FSU, de la CGT, de Solidaires et de la CNT qui ont organisé, dans la foulée de la méga manif du 12 octobre, cette première assemblée générale d’enseignants se congratulent. Le principe de reconduction de la grève est plébiscité. Jusqu’aux vacances de la Toussaint, elle sera adaptée à chaque situation.

L’idée est que dans chaque établissement scolaire la flamme de la grève soit maintenue chaque jour par des personnes différentes. Une sorte de grève à géométrie variable déjà en vigueur à Arles où, dans les écoles, un quart du personnel est gréviste le jour J pour laisser la place à J + 1 au quart suivant et ainsi de suite. L’AG approuve ainsi une modalité d’action qui permet à chacun, partisan ou réticent de la grève illimitée, de s’y retrouver donc de maintenir le « tous ensemble pour gagner » tout en « faisant monter encore en puissance », selon l’expression de Florimond Guimard, du SNUipp. Un mouvement qui permet une continuité d’expression alors que dans le centre-ville, lors des journées d’action, le taux de grévistes parmi les professeurs d’école atteint 70 %.

Calme et sans trop de bavardages, l’AG se félicite de l’entrée en lutte, le matin même, de centaines de lycéens qui ont bloqué certains établissements d’Aix et Marseille. « La mobilisation est réussie, on a une fenêtre, cela fait longtemps qu’on l’attendait, il faut foncer et réussir maintenant le 16, porter l’estocade ! » s’exclame Hélène professeur au lycée Saint-Exupéry et militante Solidaires. « La peur est en train de changer de camp », renchérit un prof de lycée professionnel tandis que l’un de ses collègues du lycée Diderot parle de « combustion sociale » et salue le courage des « tatas », ces cantinières qui malgré leurs maigres feuilles de paye sont en grève reconductible depuis bientôt quinze jours ! « La victoire est au bout de la grève », martèlent alors Manu Arvois de la CGT éducation et Sébastien Fournier de la FSU dont l’école fut la première, dès le 23 septembre, à fermer ses portes.

Les actions envisagées pour « faire monter la pression jusqu’à samedi au moins » ont aussi leur originalité. Dès hier matin, un rassemblement s’est tenu… sur le grand escalier de la gare Saint-Charles dont les cheminots ont voté à une large majorité la reconduction de la grève. Dans le but de renforcer le mouvement interprofessionnel tout en s’adressant à la population qui, ici plus qu’ailleurs, soutient les grèves (1), des actions surprises seront menées dans une ville menacée de blocage par l’appel à la grève générale du très influent syndicat FO des agents territoriaux de Marseille. Et ce soir une veillée des écoles est organisée avec, notamment, au programme, sur la Canebière, une retraite aux flambeaux.

(1) Les quotidiens régionaux ont refusé de publier l’encart patronal demandant une intervention de la police contre les grévistes du port .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :