Publié par : xxx | octobre 14, 2010

La grève des raffineries continue

Le Télégramme, 14 octobre 2010 :


La contestation de la réforme des retraites s’est poursuivie, hier, avec des grèves très suivies dans les raffineries. Dans ce secteur stratégique, l’appel de la CGT à la grève reconductible a été en effet entendu. Sur les douze raffineries de métropole, dix ont été touchées hier, et dans la plupart, le mouvement devrait se poursuivre aujourd’hui. Les six raffineries de Total étaient en cours d’arrêt et, à Donges (Loire-Atlantique), la grève a été reconduite jusqu’à lundi. Le groupe pétrolier a affirmé qu’il n’y avait pas, pour le moment, de problème d’approvisionnement. Trois des raffineries autour de l’Étang de Berre ont fonctionné au ralenti en raison du blocage des terminaux pétroliers proches par la CGT portuaire. À la raffinerie Petroplus, près de Rouen, la grève a été reconduite. Les trois terminaux méthaniers, bloqués hier, devraient le rester aujourd’hui, ainsi que les terminaux pétroliers de la Compagnie industrielle et maritime au Havre.

Un processus lourd

Faire tourner les raffineries «devient incompatible avec un fonctionnement normal pour des raisons de sécurité», a déclaré, hier, un porte-parole de la compagnie Total, qui a annoncé l’arrêt de ses six raffineries françaises. En plus du mouvement sur les retraites, la compagnie subit le contre-coup de la grève des terminaux pétroliers de Fos-Lavéra, qui a contraint sa raffinerie de La Mède à stopper ses activités par manque de brut, dès dimanche. L’arrêt d’une raffinerie, processus très lourd, prend entre 48heures et cinq jours, en fonction de sa taille. Au total, huit raffineries sur douze, représentant plus de 70% des capacités du secteur, sont à l’arrêt ou en cours d’arrêt, selon l’Union française des industries pétrolières (Ufip). La France compte 219 dépôts de produits pétroliers qui alimentent 12.500 stations-service


Responses

  1. EN EXIGEANT LE PAIEMENT DES JOURS DE GRÈVE LA DONNE SERRA CHANGÉ. IL FAUT ABSOLUMENT QUE LES SYNDICATS DANS LES ENTREPRISE INSCRIVE CE PRÉALABLE AVANT TOUTE SORTIS DE CRISE, EXIGÉ LE PAIEMENT DES JOURS DE GRÈVE C’EST UNE ARME SUPPLEMENTAIRE. LE SYNDICALISME S’ARRÊTE LÀ OU COMMENCE LA LÉGALITÉ.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :