Publié par : xxx | octobre 13, 2010

La mobilisation continue

L’Humanité, 13 octobre :

Au lendemain de la journée de mobilisation très suivie, les syndicats organisent la poursuite du mouvement. La suite, heure par heure.

 

AG lycéenne à Chalon-sur-Saone le 13 octobre

 

14h00. Appel à reconduire la grève dans les écoles à Paris à partir de jeudi. Les enseignants des écoles primaires (maternelles et élémentaires) de Paris sont appelés à reconduire la grève contre la réforme des retraites « dès jeudi », a annoncé mercredi dans un communiqué la section parisienne du SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire.

13h00. Enseignants et postiers perturbent la gare de Marseille. Environ 200 postiers et enseignants ont manifesté mercredi à la gare Saint-Charles de Marseille contre le projet de réforme des retraites, perturbant la vente des billets et retardant le départ d’un train.

12h45. Roanne : appel à des manifestations tous les deux jours. Cinq organisations syndicales ont appelé mercredi à manifester contre la réforme des retraites tous les jeudis, samedis et mardis à Roanne, dans la Loire, ville qui s’était distinguée il y a 15 ans par sa forte mobilisation contre la réforme Juppé.

Dénonçant une « position hautaine de refus du dialogue » de la part du gouvernement, la CGT, la FSU, l’Unsa, FO et Solidaires ont appelé dans un communiqué « les salariés, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités à accélérer le rythme et l’intensité des mobilisations unitaires », au-delà des journées d’action « décidées au niveau national ».

11h30. Débrayages dans des entreprises du Nord/Pas-de-calais. Des débrayages entre une heure et trois heures étaient enregistrés mercredi à l’appel de la CGT dans des entreprises métallurgiques du Nord/Pas-de-Calais, dont Alstom de Petite-Forêt et Bombardier de Crespin (Nord), a-t-on appris de source syndicale.

Selon le responsable régional des métallurgistes CGT Jean-Pierre Delannoy, il y a déjà « une bonne dizaine d’entreprises qui y participent. L’objectif est, selon lui, que de plus en plus de salariés se lancent dans un mouvement reconductible pour contraindre la direction de la confédération (CGT) à passer le braquet supérieur » dans le mouvement de grève.

11h00. Grève reconduite à la SNCF. La CGT-cheminots et l’Unsa-cheminots annoncent que toutes les assemblées générales de grévistes qui se sont tenues dans la matinée mercredi ont reconduit le mouvement pour 24 heures. D’autres AG doivent se tenir dans l’après-midi.

Certains cheminots font grève 59 minutes ou 3H59 par jour, comme la loi les y autorise, d’après les syndicats qui n’ont pas retenu de consigne particulière.

« Cette tendance est conforme à l’histoire des mouvements reconductibles », a commenté Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-cheminots, en précisant qu’il y avait un « renforcement des grévistes dans les roulants (conducteurs et contrôleurs) et à la maintenance, et une baisse chez le personnel sédentaire »

10h40. 135 lycées perturbés à des degrés divers en France. Cent trente-cinq lycées étaient perturbés à des degrés divers mercredi matin en France, soit 3,1% de l’ensemble des lycées, dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, a annoncé le ministère de l’Education nationale.

Sur ces 135 lycées, 29 étaient bloqués, les autres étant touchés par des tentatives de blocage, des regroupements d’élèves ou des distributions de tracts « avec souvent un fort taux d’absentéisme », selon le ministère.

En Ile-de-France, trois lycées étaient bloqués (dans l’académie de Versailles) et 25 perturbés. A Paris, le ministère a compté sept tentatives de blocage.

10h30. Les six raffineries du groupe Total en France en cours d’arrêt. Les six raffineries Total en France sont en cours d’arrêt en raison de la grève pour les retraites, a indiqué mercredi la direction du groupe pétrolier, qui a précisé qu’il n’y avait pas à ce stade de problème d’approvisionnement des stations-services.

10h15. Opération péage gratuit à Chartres. Une trentaine de militants CGT ont organisé mercredi matin une opération « péage gratuit » sur l’autoroute A11 à hauteur de Chartres pour protester contre la réforme des retraites, a-t-on appris de source syndicale.

Environ 400 voitures en provenance de Paris et de province ont pu sortir gratuitement de l’autoroute, avec distribution de tracts, a-t-on précisé de même source.

« L’opération visait à sensibiliser les automobilistes sur les conséquences dramatiques de la réforme des retraites, sans les pénaliser. Ils n’ont pas été bloqués », a indiqué Guylène Raffin, secrétaire de l’union départementale CGT en Eure-et-Loir.

9h40. La raffinerie Total de Feyzin en grève, blocage d’un dépôt en Auvergne. Les salariés de la raffinerie Total de Feyzin, près de Lyon, ont décidé mercredi matin de mettre leur site à l’arrêt pour protester contre la réforme des retraites, tandis que plusieurs dizaines de manifestants ont commencé à bloquer un dépôt de carburants en Auvergne.

Réunis à partir de 06H00 en assemblée générale, « 70% environ des salariés se sont prononcés pour poursuivre la grève », entamée mardi à Feyzin comme dans onze des douze raffineries de métropole, a indiqué David Faure, représentant CFDT et secrétaire du comité d’entreprise.

Des assemblées générales de grévistes doivent avoir lieu mercredi dans les autres sites français pour décider d’une éventuelle reconduction du mouvement sur les retraites.

Selon M. Faure, « l’arrêt de la production a été voté » et devrait commencer à être mis en oeuvre « dans la matinée », selon un processus lourd qui devrait prendre « une vingtaine d’heures ».

Par ailleurs, selon Jacques Cocheux, de la CGT Puy-de-Dôme, « environ 80 militants bloquent le dépôt de carburants de Cournon-d’Auvergne », appartenant lui aussi au groupe Total. La direction n’était pas immédiatement disponible pour confirmer.

9h30. Blocage de la zone industrialo-portuaire du Havre. Plusieurs dizaines de salariés ont bloqué durant trois heures mercredi matin l’accès à la zone industrialo-portuaire du Havre pour protester contre le projet de réforme des retraites, a-t-on appris de source syndicale.

Ces militants venus notamment d’usines Renault, Total, Chevron et Eliokem ont disposé à 06H00 des palettes qu’ils ont enflammées à un pont qui commande l’accès à cette zone depuis la ville. Cette action, qui s’est terminée vers 09H00, a provoqué d’importants embouteillages.

8h40. Le ramassage des ordures perturbé à Marseille par la grève. Le ramassage des ordures est fortement perturbé à Marseille sur la quasi-totalité de la ville en raison de la reconduite de la grève des agents de nettoiement contre la réforme des retraites, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

« Aucune benne n’est sortie depuis hier des dépôts », a-t-on précisé de même source.

8h30. Des dizaines de camions bloqués par des barrages au Mans. Une cinquantaine de camions étaient bloqués tôt mercredi matin par des barrages mis en place par des transporteurs CGT pour bloquer l’accès d’une zone industrielle du Mans dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les quelque 200 manifestants, parmi lesquels des enseignants FSU et des représentants CGT Renault, bloquent sept accès à la zone industrielle Sud du Mans depuis 04H00, selon un porte-parole.

Les barrages filtrants, qui laissent le passage aux voitures particulières, devaient être maintenus au moins jusqu’à 10H00, après quoi une réunion intersyndicale devait décider de la suite de l’action, selon la CGT.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :