Publié par : shifou | octobre 9, 2010

SAINT-QUENTIN Lycéens: plus de monde et toujours de l’agitation

Cette fois, les lycéens étaient environ 1 500 à manifester dans les rues de la ville au plus fort du mouvement. Si l’après-midi a été très calme, la matinée a connu son lot d’échauffourées.

Tout avait débuté sous les meilleurs auspices. Peu avant 9 heures, plusieurs centaines d’élèves du lycée Condorcet, au quartier Europe, ont rallié le lycée La Ramée, quelques kilomètres plus loin. Et, là ça coince. Pour une raison encore inconnue, plusieurs hommes de la gendarmerie mobile ont subitement fait leur apparition devant l’établissement. Ils ont chargé les quelques manifestants hostiles à leur égard. Certains sont cagoulés et masqués. Et les slogans ne vont pas plus loin que des « Sarko, Sarko, on t’enc… »

Le cortège est plus impressionnant que la veille : sur l’avenue de Rémicourt, environ 1 500 manifestants se dirigent vers le centre ville pour un sitting, place de l’Hôtel-de-ville. Après quelques minutes, une rixe éclate entre une dizaine de jeunes, qui ne seraient pas des lycéens en bonne et due forme. Poursuivis par des policiers en civil, des jeunes se sauvent au pas de course.

La mairie annexe n’a plus de drapeau sur sa façade

Le cortège reprend et traverse la rue d’Isle, en direction de la place du 8-Octobre. Des poubelles sont renversées au grand dam des commerçants. Place du 8-Octobre, la statue est prise d’assaut. Puis, tout le monde file vers le faubourg d’Isle, via le pont de la gare. Les manifestants se mêlent aux voitures, coincées dans le cortège.

Rue du Général-Leclerc, rebelote. On ne compte plus les poubelles renversées. Mais, cette fois, les violences montent d’un cran : un fonctionnaire de police, en civil, est pris à partie par quatre jeunes, qui le rouent de coups alors que l’homme est au sol. Bilan côté forces de l’ordre : trois hommes ont été blessés. « Un policier frappé, c’est inacceptable, a souligné le nouveau maire, Xavier Bertrand. La force des convictions n’a pas besoin de violences. »

La marche se dirige, quasiment au pas de course, rue Cronstadt. Un jeune, capuché et masqué, grimpe sur la façade de la mairie annexe du faubourg d’Isle et s’empare du drapeau tricolore. La foule est haranguée. Puis plus rien jusqu’à la rue Pompidou. Le café-tabac presse, Le Royal, a baissé le rideau au passage des lycéens. Plus tard, à quelques centaines de mètres du lycée Condorcet, policiers et jeunes s’affrontent. Une bombe lacrymogène calme pas les ardeurs des plus virulents. Une jeune majeure est interpellée. Elle est toujours en garde à vue. L’après-midi, 200 à 300 lycéens ont remis le couvert, toujours en partant de Condorcet. Moins de monde mais aussi moins de perturbateurs : aucun incident n’est à déplorer.

Mardi, ils viendront se greffer au cortège de leurs aînés. Et, cette fois, cela ne devrait pas déraper.

GUILLAUME CARRÉ

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Lyceens-plus-de-monde-et-toujours-de-l-agitation


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :