Publié par : shifou | octobre 9, 2010

BAR-SUR-AUBE : Pourquoi une si forte mobilisation localement ?

Bar-sur-Aube connaît une situation unique par des manifestations à enjeu national qui mobilisent de plus en plus de salariés et retraités. Décryptage

Mardi 7 septembre, on comptait plus de 500 manifestants dans les rues de Bar-sur-Aube contre la réforme des retraites. Le jeudi 23 septembre, ils étaient encore 300 à se serrer les coudes. Soit le même nombre comptabilisé à l’autre bout du département à Romilly-sur-Seine. Bar-sur-Aube n’a pourtant pas le même passé de militantisme ni de syndicalisme que la deuxième ville du département. La preuve ces dernières années, à chaque manifestation à enjeu national, la seule mobilisation locale s’illustrait par un covoiturage pour se rendre à Troyes.

Mais depuis que le conflit contre la réforme des retraites a été entamé, le mot d’ordre a été de mobiliser localement. Fini le covoiturage, place à la manifestation sur le plan local. « On n’a rien à aller faire à Troyes », assène Lionel Clément de Cauval Industries.

À la veille du quatrième rassemblement, mardi, la méthode semble porter ses fruits. Il faut l’avouer, même les syndicalistes sont surpris d’une telle mobilisation au plan local et avouent leur difficulté à l’analyser.


Pas d’essoufflement

« Ce n’est pas tout à fait inédit », tempère Patrick Gracia, syndicaliste à Manoir Industries. « Il faut remonter aux années 80 pour retrouver une telle mobilisation ; mais, c’est vrai, c’était principalement sur des donnes locales. Mais en 1995, nous avions fait encore plus fort contre le plan Juppé. On avait mouillé la liquette aussi contre le CPE. Mais ce qui est à souligner, c’est que l’action ne défaille pas. »

Pour Claude Chameroy, en retraite après 43 années de cotisation chez Manoir, « on ne retrouve pas encore ça aujourd’hui, mais c’est vrai que cela y ressemble beaucoup. Ça reste dur à analyser car les couches sociales que l’on rencontre aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’avant. Le domaine social s’est considérablement élargi. » Si par le passé, les ouvriers en grande majorité se mobilisaient, aujourd’hui, toutes les couches de la société n’hésitent plus à descendre dans la rue.

Depuis le début du conflit contre la réforme des retraites, l’unité syndicale est visible dans les cortèges, mais pas en amont, lors des réunions de préparation où chacun reste dans son coin. « Il y a plus de travail fait par les syndicats », confirme Lionel Clément. « À la CGT, nous sommes passés dans tous les ateliers pour expliquer. Les gens se sentent un peu plus mobilisés. À Cauval, c’est toujours un peu la même tendance : entre 150 et 180 salariés. Et pour mardi (rassemblement à 16 h place Aubertin, ndlr), on n’a pas senti que ça s’essoufflait. » Une plus forte mobilisation est-elle à attendre ? Jeudi soir, des représentants CGT ont même distribué des tracts aux lycéens à la sortie de la cité scolaire. Un geste considéré comme choquant par certains qui parlaient hier de véritable prosélytisme. « Ce n’est pas une ingérence », se défend Patrick Gracia. « Nous avons décidé de les informer, on verra bien qui viendra.»

Auteur : Willy BILLIARD

http://www.lest-eclair.fr/index.php/cms/13/article/479740/Pourquoi_une_si_forte_mobilisation_localement_


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :