Publié par : shifou | octobre 8, 2010

Répression contre les lycéens à Saint-Quentin

Sur les 200 à 300 manifestants, une poignée n’avait cure de la réforme des retraites. Ils ont voulu en découdre et ont payé le prix en finissant au commissariat.

Un commissaire sous tension. Des jeunes qui veulent en découdre avec les forces de l’ordre. Cela ne pouvait que mal se terminer. Téléphones portables et réseaux sociaux pour ce rassemblement qui, au départ ne devait être qu’un blocus du lycée Condorcet à Saint-Quentin, ont fonctionné à plein pendant une semaine.

À cinq jours du prochain mouvement national contre la réforme des retraites, les jeunes lycéens ont voulu montrer leur désaccord. Les jeunes communistes sont les instigateurs de ce blocus. Un peu brouillon dans leur organisation, ils ont tout de même réussi à rassembler entre 200 et 300 lycéens devant les grilles de l’établissement. Car, ils n’étaient que 50 avant la pause de 10 heures.

Jets de projectiles à la récré

10 heures, c’est l’heure de la récré à Condorcet. C’est à ce moment que les jeunes sortent pour aller fumer. La tension est montée d’un cran. Les projectiles pleuvent. D’abord des tomates, puis des œufs en guise d’entrée. Le plat de résistance est costaud : on passe ensuite aux jets de bouteilles et aux pétards. Des personnels du lycée sont visés. Le proviseur reçoit un œuf sur la tête. Ils sont débordés tout comme les forces de l’ordre qui appellent aussitôt du renfort.

Au loin, trois fourgons de l’unité départementale d’intervention déboulent en trombe. En sortent des hommes casqués, munis de leur tenue anti-émeute et de leur bouclier. Les échauffourées débutent. Pour dissiper les excités, des bombes lacrymogènes sont balancées. La dispersion débute. Pas pour longtemps. Les jeunes se regroupent. Les policiers chargent jusqu’au parking de l’établissement.

Et maintenant, place au dessert avec les interpellations. Quatre jeunes, repérés, quelques minutes auparavant, sont interpellés aux abords du lycée. Deux ont été placés en garde à vue, les deux autres ont été relâchés peu de temps après.

En début d’après-midi, c’est un autre défilé qui démarre du quartier Europe. Les jeunes se dirigent vers le lycée Jean Bouin, puis celui de La Ramée. Cette fois, les slogans sont plus virulents et ne concernent pas les retraites. Les policiers sont aussi plus discrets. Ils ne sont pas intervenus, sauf sur la place de la basilique. Des poubelles ont été renversées devant le lycée La Ramée. Et la vitrine d’un géomètre a été saccagée rue Jules Coupé.

GUILLAUME CARRÉ

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Des-fauteurs-de-trouble-a-la-manif


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :