Publié par : lucien | octobre 6, 2010

Marseille: La grève reconductible sous haute pression

La Marseillaise, 05-10-2010

Retraites. Malgré de fortes pressions, le personnel des cantines reste très mobilisé. Il manifeste ce matin avec les enseignants sous les fenêtres du sénateur maire.

Depuis près de deux semaines, la moitié des cantines des écoles marseillaises est touché par un mouvement de grève reconductible qui a été reconduit jusqu’au 12 octobre, à l’appel d’une intersyndicale des territoriaux de la ville, à laquelle n’a pas adhéré FO.
Malgré ses appels répétés, l’intersyndicale attend toujours une réaction du maire et vice-président du Sénat (UMP) Jean-Claude Gaudin et manifestera aujourd’hui à midi, sous les fenêtres de l’Hôtel de ville, jour de l’ouverture des débats au parlement, pour le retrait du projet de réforme des retraites.
Un mouvement d’une forte intensité, qui voit dans leur grande majorité des femmes aux revenus modestes, tenir tête à un projet de gouvernement d’allongement de la durée du temps de travail. Jusqu’à 7 ans de plus, pour ces salariés qui découvrent, horrifiés que l’espérance de vie en bonne santé des ouvriers est de 59 ans, 69 ans pour un cadre (source INED). Une réalité jusque là ignoré par le vice-président du Sénat qui n’hésite pas à faire pression sur ses même agents.
« Nous subissons des pressions de la direction de l’éducation », annonce Pascale Beaulieux du syndicat CGT des territoriaux. La syndicaliste va même jusqu’à parler de « violation du droit de grève ». D’après les textes (circulaire du ministère de la Fonction publique du 30 juillet 2003), les agents supportent une retenue sur leur rémunération proportionnelle à la durée de leur absence. Une règle qui ne s’applique pas à la ville de Marseille : où une heure de grève équivaut à une retenue de 3 heures, quand il ne s’agit pas de 24 heures. Pour tenter d’y voir plus clair, des agents ont occupé hier la direction de l’éducation.

Violation du droit de grève

Les syndicats ont donc appelé les personnels à la plus grande vigilance. « Tous les matins, les agents émargent en se déclarant grévistes et nous leur demandons de faire une photocopie de ce texte », détaille Pascale Beaulieux, dont l’organisation syndicale pourrait saisir le tribunal administratif sur le respect du droit de grève.
Depuis quelques jours, les syndicats sont submergés de coups de fil d’agents se déclarant inquiets pour le droit de grève. « Mais nous ne sommes pas isolés », assure Martine Charrier du SDU-FSU. Même « les parents pour qui la situation est problématique, comprennent le sens de notre mouvement. » Tandis que les territoriaux de Martigues, Port de Bouc, Istres et Rognac ont à leur tour enclenché des reconductibles
Après l’assemblée générale des enseignants grévistes qui se réuni ce matin à 9 heures à la Bourse du travail, d’autres corporations pourraient venir grossir le rang des manifestants. La FSU, ainsi que le Snuipp ont déjà annoncé leur participation pour interpeller le Jean-Claude Gaudin devant la Mairie.

CATHERINE WALGENWITZ


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :