Publié par : xxx | septembre 29, 2010

Des travailleurs emprisonnés après la manifestation du 23

Lutte Ouvrière Région Ouest, 26 septembre 2010 :

Des incidents se sont produits à la fin de la manifestation du 23 septembre dernier à Saint-Nazaire.

Des jets de pierre et de grenades lacrymogènes ont été échangés entre des manifestants et les CRS disposés autour de la sous préfecture. Bien après ces incidents la police a arrêté plusieurs personnes accusées d’avoir lancé des projectiles. Trois d’entre elles ont été jugées le lendemain soir en comparution immédiate. Au cours des 24 heures de garde à vue qu’ils ont subi sans la présence d’un avocat, ces trois travailleurs (un soudeur, un tuyauteur et un agent SNCF) ont reconnu des jets de projectile (cannettes de bière vides ou goupilles de grenades récupérées sur le terrain).

Ils étaient poursuivis pour délit d’attroupement avec arme par destination (les cannettes !).

A l’audience le procureur a requis contre eux trois mois de prison ferme et placement immédiat en détention. A un avocat qui faisait remarquer le décalage entre la réquisition et les faits reprochés, le procureur a rétorqué que la loi lui permettait de réclamer cinq ans pour ce type de délit !

Au final, après cinq minutes de délibération le juge a condamné deux d’entre eux à deux mois ferme et le troisième à un mois. Les condamnés à deux mois sont repartis purger immédiatement leur peine menottés dans le dos.

Le juge qui a prononcé ces condamnations avait officié lorsqu’il avait fallu juger de la responsabilité des employeurs dans l’affaire de la passerelle du Queen Mary II. Rappelons que la chute de cette passerelle, montée à la va-vite et en dépit des règles de l’art, avait causé la mort de 16 personnes. Le procès s’était tenu quatre ans après les faits. La responsabilité des Chantiers de l’Atlantique avait été reconnue et pourtant aucun des responsables de l’époque n’a fait la moindre journée de prison. Ça n’a pas gêné ce même juge qui a su condamner de manière expéditive des travailleurs (dont un des Chantiers) à de la prison ferme pour des motifs autrement futiles.

Mais il n’accepterait pas qu’on dise que la justice est de classe et au service du patronat !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :