Publié par : dsinterim | septembre 26, 2010

Provocation policière à Belfort

Article de « L’Humanité« , 25 septembre à propos de la provocation policière lors de la manifestation du 23 septembre à Belfort :

Un syndicaliste du Territoire de Belfort est mis en examen à la suite d’une altercation avec un policier pendant la manifestation. Besançon (Doubs), correspondance.

Jeudi matin, la manifestation de Belfort battait, une nouvelle fois, un record d’affluence. Le cortège s’étirait en longueur. Trop long certainement pour un policier, qui selon les témoignages recueillis par la CGT, aurait délibérément ouvert les barrières de sécurité, laissant entrer des véhicules dans la manifestation. Face au danger potentiel qu’encouraient les manifestants, Stéphane Petithory, délégué CGT de General Electric à Belfort, a décidé d’intervenir et de remettre les barrières en place. C’est alors qu’une vive altercation s’est produite entre le policier et le syndicaliste : « Lorsque Stéphane a remis la barrière, il a été jeté à terre par le policier et, quand il s’est relevé, il n’a pu retenir sa colère et les coups sont partis. Aussitôt, d’autres policiers se sont rués contre Stéphane en lui assénant de violents coups de pied et de matraque. », souligne Jacques Rambur, délégué CGT Alstom. Un autre individu, inconnu des organisations syndicales, serait également intervenu lors de cette échauffourée.

Les deux hommes ont été aussitôt transportés au commissariat de police, où une garde à vue leur a été notifiée. Dehors, jusque très tard dans la nuit, des centaines de manifestants sont venus réclamer la libération du syndicaliste en rappelant que le 24 juin et le 7 septembre, des provocations de ce genre avaient déjà été perpétrées par ce policier. La CGT du Territoire de Belfort en avait informé la préfecture, dans un courrier transmis il y a quelques jours.

Hier matin, Stéphane est sorti libre du palais de justice de Belfort avec une mise en examen pour rébellion vis-à-vis d’un dépositaire de l’autorité de l’État et il passera en jugement le 10 novembre prochain. La CGT, quant à elle, a annoncé qu’elle avait également porté plainte pour violences à l’encontre de l’un de ses membres.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :